Notre Carmen

création d’après Georges Bizet

Théâtre de l’Athénée Louis-Jouvet, Paris | 9- 19 November 2017

Sophiensæle, Berlin | 13- 17 Dezember 2017

une performance collective et participative

Rien de plus inconnu que ce qu’on croit connaître. Prenons ainsi Carmen, vue et revue,
retrouvée, rabâchée… Qui est-elle aujourd’hui ? Si elle est l’archétype de la femme libre, qu’est
devenue sa liberté ? Peut-elle se libérer d’un carcan d’exotisme qui la renvoie sans cesse à une
figure familière, folklorique, pour mieux la rendre étrange et l’éloigner finalement ? Autant de
questions qui passionnent les créatrices du jeune collectif berlinois Hauen und Stechen, dont on
verra pour la première fois le travail en France.

Franziska Kronfoth et Julia Lwowski ont étudié la mise en scène d’opéra à l’École Hanns Eisler
de Berlin, et, depuis 2012, développent un théâtre musical qui entend dépasser les limites
traditionnelles du genre. „Notre Carmen est un affront, elle devient monstrueuse“, écriventelles.
Notre Carmen ne croit plus à une liberté promise quelle qu’elle soit, mais elle exige une
libération de cette implacable idéologie, qui sait même pervertir tout refus. Elle devient experte
en travestissement, géante ébouriffée, ou vieille malodorante, notre Carmen développe des
stratégies inédites. Notre Carmen paie pour son audace effrontée le prix de l’exclusion sociale.
Elle n’est d’aucune fête, n’est pas invitée.

Partant de la partition de Bizet, elles en proposent une nouvelle dramaturgie musicale pour
entendre l’opéra d’une façon nouvelle, et rendre à Carmen une liberté dont même la mort ne
saurait la priver.

(Lola Gruber pour l’Athénée)


Hauen und Stechen – collectif de théâtre musical

„Le travail pluridisciplinaire et de réécriture permet de penser l’opéra d’une façon nouvelle.
Liant opéra, théâtre et vidéo notre objectif est de rajeunir le public de l’Opéra et de demeurer un
laboratoire performatif dans ce genre musical. Notre projet de création sur le long-terme est de
développer des projet cohérents et ambitieux qui ont pour objet de surprendre l’auditeur par des
formes interactives, de créer des espaces d’échange et de porosité avec le public et
d’expérimenter par là les limites comme les possibilités offertes par l’Opéra.
Le travail avec l’équipe musicale française de l’Ensemble 9 et Louis Bona, comme compositeur,
performeur et musicien, contribue à approfondir cette réflexion et à créer une plateforme
d’échange entre les pratiques et formations françaises et allemandes, très différentes.“

Le collectif de théâtre musical Hauen und Stechen a été créé en 2012 par les metteuses en scène
Franziska Kronfoth et Julia Lwowski et par le photographe et galeriste Thilo Mössner.
Kronfoth et Lwowski ont toutes deux étudié la mise en scène d’opéra à l’École de musique Hanns
Eisler à Berlin et aspirent à créer un théâtre musical transcendant les genres et les frontières.
Elles ont notamment développé des projets artistiques avec le théâtre HAU-Hebbel am Ufer, le
Ballhaus Ost et l’Académie des Arts à Berlin, le centre culturel Schwere Reiter à Munich, et le
Staatsoper de Hambourg. Elles travaillent également en étroite collaboration avec la
Sophiensaele de Berlin, avec laquelle elles ont créé plusieurs spectacles (Die Herzen des
Oktopus dans le cadre du festival Männer in Garagen, Lulu/Nana entre 2014 et 2015), puis montré
depuis 2016 trois études autour de Puccini (Die Todesqualle oder Wer flüstert, der lügt #1, #2,
#3), et dernièrement Cazza Ragazza – Puccinis letztes Lied en juin 2017.